12 juillet 2010

digression//8

Je ne la connaissait pas, j'avais entendu parler d'elle mais son visage me restait inconnu. au début, elle me paraissait plutôt banal et sinon sympa. Aujourd'hui, elle me parait extraordinaire et magnifique. Je m'attache trop rapidement aux gens et leurs donne trop grande importance bien trop vite. j'en arrive a la conclusion d'être amoureuse tout les jours, d'une personne ou d'une autre.
" Ouai moi aussi c'est la même, l'autre jour j'arrêtais pas de regarder un mec dans le métro! " me disent mes potes. Mais elle n'ont pas comprit. Est-il normal de se croire aussi naïve pour tomber amoureuse de la première venu? Est-ce une question d'estime de soi ou est-ce juste un questionnement que tout le monde a? Est-ce normale de douter quand elle vous touche la cuisse ou vous passe la main dans le dos, puis se sentir mal quand vous la voyer le faire a tout les autres? vous aussi vous vous sentez a la foi vexé par le fait que ce ne soit pas seulement vous, mais aussi parce que vous avez oser le penser? comme la drogue, la monté et belle mais la descente peu faire mal, il faut juste savoir la gérer. Mais comme toute choses, ça s'apprend. Je ne veux pas m'apitoyer sur mon sort en faisant semblant de croire que je suis la seule au monde a qui cela arrive et que jamais au grand jamais, on ne me comprendra. Tous ces ados dépressifs m'ennuie autant les uns que les autres, même si cela parait prétentieux.

...................................................


Je ne serait jamais première première main chez Chanel, je ne vivrais jamais avec Freja Beha et ne sera jamais reconnu comme Karl Lagerfeld. Mais rêver me fait du bien. J'ai mes petits endroits fétiches: dans les transports, dans la rue, dans la voiture. Je me rend conte que ces petits moments, je les attends avec tellement de gaité. Une fois partit dans les rêves, je suis totalement déconnectée. Je part sur les plateau de défilés pour saluer mon publique. Je me voit dans un appartement qui semble être le mien. Comme si j'écrivais une histoire, je plante le décor, met les personnages, et puis vient mes moments préférer: les dialogues. Je le transforme, les arranges a des détails minuscules, et j'en rend un plaisir Immense ! Quand j'arrive a ma destination, je sur pourvu d'une déception grandiose a l'idée de quitter ma rêverie, ce qui me fait rêver de mon prochaine déplacement pour continuer le film d'une certaine vie futur. 

...................................................


Seule au beau milieu des champs, je pédale. J'augmente la vitesse, j'y met toute mon énergie, je fuit ma vie, elle est derrière moi et j'accélère pour pas qu'elle ne me rattrape. je la sent qui approche, elle va plus vite que moi et je doit sortir de moi ces efforts intense de colère et de peur. je sent le vent dans mes cheveux qui me dégage de front, je me sent bien. Ma tête est vide et je suis si légère que je pourrais même m'envoler. je pourrais partir dans les airs et regarder ma vie en bas sur cette route isolé de gravillons qui me crierait de revenir. Mais en vin, je serais partit.

Digression

Posté par digression à 00:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur digression//8

Nouveau commentaire